Gaggenau

Le voyage
est une destination en soi

Dans un surprenant quartier reculé de la banlieue nord de Londres, les designers
Tim Simpson et Sarah van Gameren, les deux membres du Studio Glithero,
fabriquent une impressionnante gamme de meubles, de produits et d'installations.

Parmi les réalisations de Glithero figurent de magnifiques avions en papier fabriqués à l'aide d'une plieuse d'enveloppes ou des foulards tissés à partir de cartes perforées pour orgues. Tous les meubles de leur série Les French Furniture — tables basses, étagères — sont d'abord construits en bambou et cire avant d'être coulés en bronze. La collection Blueware fait appel à des techniques de cyanotypie pour créer des motifs blancs sur fond de porcelaine bleue. Le résultat évoque les jaspes classiques de Wedgwood. Comme l'explique Tim Simpson, le procédé consiste à appliquer délicatement des herbes séchées sur des vases ou des carreaux ayant subi un traitement de photosensibilisation. Le produit chimique utilisé bleuit sous l'effet des ultraviolets. Résultat : lorsque l'on retire les herbes, elles laissent une marque blanche. Glithero possède des centaines d'herbes stockées dans des grands bocaux en verre. Le duo a également inventé une machine qui fait office de chambre noire et « fait tourner les vases comme des kebabs ».

Comparé au « Poured Bar » installé par le studio dans l'hôtel Corinthia à Londres, ce projet semble très simple. Pour créer celui-ci, Tim et Sarah, assistés d'une petite armée d'ouvriers, ont versé des couches de béton à prise rapide, chacune d'une nuance de bleu différente, dans des moules de six mètres de long. Après séchage, chaque couche était retournée et montée sur un socle en bois. L'assemblage de bleus polis qui en résulte a servi à former un pop-up bar temporaire pour la soirée 2011 des Bafta Awards ainsi que pour des manifestations de la Fashion Week londonienne.

L'installation Burn Burn Burn, inspirée par Fred Astaire dansant au plafond, est tout aussi impressionnante. Une flamme, issue de peinture inflammable, se déplace lentement le long du mur, danse au sol, monte et descend le long des chaises et des tables, laissant derrière elle une trainée calcinée. « L'idée était de créer un moment animé pour une grande réunion, un mariage ou un enterrement par exemple », explique Sarah van Gameren. Elle a eu l'idée du concept dans sa cuisine et a fait appel à un chimiste pour mettre au point la peinture. La peinture, explique-t-elle, « a une texture qui rappelle celle utilisée en sérigraphie et peut être teinte de n'importe quelle couleur. »

Comme la plupart des projets du studio, la réalisation du « Poured Bar » et de « Burn Burn Burn » a été chorégraphiée avec soin et filmée. Le travail de Glithero ne connaît pas de limites. Au premier abord, on pourrait croire qu'il s'agit d'art pour l'art ; mais en fait chaque projet, quelle que soit sa taille, est porteur d'un message profond. Tous les projets enregistrent leur processus créatif, dès la genèse de l'idée. Comme le dit Glithero, « le voyage est à la fois la destination et la récompense ».

Dans « Burn Burn Burn », une flamme progresse lentement le long du mur, danse au sol, monte et descend le long des chaises et des tables, connectant les objets et les unifiant. Sarah van Gameren a créé la peinture inflammable dans sa cuisine.

« Pour nous, le processus est tout aussi important que le produit fini », explique Tim Simpson. Né en 1982, Tim est originaire de Swindon, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Sarah van Gameren (née en 1981) vient d'Utrecht, aux Pays-Bas. Ils se sont rencontrés en 2005 pendant leurs études de design au Royal College of Art. Parmi les projets d'étude de Tim figurait un ensemble de télescopes à pièces visant à réinventer les paysages urbains. De son côté, Sarah a réalisé pour son diplôme une œuvre baptisée « The Big Dipper » : il s'agit d'une machine à fabriquer des bougies, qui plonge des mèches dans des bacs de cire fondue. The Big Dipper, à la fois produit et performance, reproduisait le cycle de vie des bougies de Sarah, depuis la conception du produit jusqu'à sa combustion et sa disparition.

« Nous nous sommes trouvé de nombreux points communs, raconte Tim Simpson. Nous voulions tous les deux explorer les questions de production de masse, de consommation et d'esthétique accidentelle. » Ainsi a débuté une relation personnelle et créative. Ils ont fondé leur studio en 2008. (Glithero est le nom de jeune fille de la mère de Tim). Ils sont également les auteurs d'un manifeste. « Miracle Machines and the Lost Industries » s'intéresse à la relation entre l'homme et la machine. Ce bref ouvrage cherche à provoquer, critiquer et à donner plus de profondeur au design. Extraits : « Mieux nous connaîtrons les méthodes de fabrication, moins nous serons à la merci des groupes industriels dont le profit est la seule ambition. » « Une fois compris et rationalisé, un objet devient plus tangible et gratifiant à nos yeux. Et si nous arrivons à l'associer à une émotion profonde, il aura encore plus de valeur pour nous. »

Tim Simpson et Sarah van Gameren, qui se sont rencontrés au Royal College of Art, ont fondé le Studio Glithero en 2008 — et sont devenus un couple.

Glithero espère que cette approche poétique du design créera une connexion entre l'homme, la machine et le designer. « Nous voulons rendre le monde plus responsable, développe Tim Simpson. Lorsque vous comprenez une œuvre — d'où elle vient, comment elle a été faite, l'idée qui se cache derrière — cela fait une énorme différence.

Texte : Josephine Grever

www.glithero.com

Pour la collection Blueware, les designers ont appliqué délicatement des herbes séchées sur des vases ou des carreaux ayant subi un traitement de photosensibilisation qui les fait bleuir sous l'effet des UV.

Plus de contenu : Design & Culture

  • Le jardinier
    de l’univers.

    Plus
  • Le voyage est une destination en soi

    Plus
  • Un écrin pour la nouvelle cuisine scandinave

    Plus
  • Poésie murale.

    Plus de contenu
  • Passion brûlante

    Plus
  • Le grand retour de l'artisanat de luxe

    Plus de contenu
  • Le nouvel envol
    du tapis

    Plus
  • Une qualité de vie
    lumineuse

    Plus
  • Un designer
    de caractère

    Plus
  • Ceux qui jouent
    avec la lumière.

    Plus
  • Quand le design
    devient magie.

    Plus
  • Tout peut
    devenir lumière.

    Plus
Previous 1 12 Next