Gaggenau

Un écrin pour
la nouvelle cuisine scandinave

À 24 ans, la céramiste Magdalena Kałużna tourne la vaisselle des plus grandes
tables. Plusieurs têtes de file de la nouvelle cuisine scandinave utilisent les
assiettes et les tasses de l'artiste, qui mettent parfaitement en valeur leurs créations.

Lorsque le célèbre chef Kristian Baumann a demandé à Magdalena Kałużna de réaliser la vaisselle du 108, son nouveau restaurant de Copenhague, elle a dit oui.

« Mais je n'avais jamais fait une assiette de ma vie », pouffe-t-elle.

Le restaurant 108, dont René Redzepi est l'un des propriétaires, est considéré comme le petit frère de Noma. Il place la barre très haut, et la vaisselle devait s'accorder avec l'atmosphère du restaurant : des plats raffinés mais pas guindés, et une cuisine de terroir.

Magdalena Kałużna, tout juste diplômée en beaux-arts de l'université de Poznań, en Pologne, réalisait alors des sculptures. Elle était venue à Copenhague pour suivre son petit ami, dont elle partageait la vie depuis quatre mois. Toutefois, elle ne connaissait personne à Copenhague, n'avait pas la moindre idée de ce qu'elle y ferait, et son ami travaillait souvent 16 heures par jour dans son restaurant.

« Je sculptais des pièces en argile et cherchais un travail en rapport avec la céramique. J'ai été embauchée à temps partiel chez Uh la la, un atelier et magasin de céramique, où je pouvais faire cuire mes propres pièces après mon travail », se remémore Magdalena Kałużna.

Elle savait tourner et cuire des pièces en porcelaine, mais c'était à peu près tout.

« Tous les céramistes ont leurs petits secrets, qu'ils gardent pour eux. C'est ainsi que ça marche. Moi-même, je ne suis pas sûre d'être prête à expliquer à un assistant comment je procède pour l'émaillage », admet Magdalena.

C'est alors que Kristian Baumann lui a demandé de réaliser sa vaisselle. Avant de lui présenter quoi que ce soit, Magdalena Kałużna a passé des heures devant son écran à regarder sur YouTube des tutoriels sur l'émaillage et le façonnage des moules en plâtre. Il lui fallait aussi son propre atelier.

Magdalena nous fait visiter son atelier de Copenhague, soulignant l'aide que lui ont apportée ses amis. « Un céramiste que je connaissais avait entendu dire que ce tour de potier allait être jeté. C'est un ami qui m'a donné cette table, et un autre ami m'a prêté l'argent pour le four. »

Magdalena put rapidement présenter à Kristian Baumann sa première réalisation : une assiette toute simple et claire avec un dos bleu foncé. L'impression qui s'en dégage est celle d'un objet rustique mais délicat. Elle plut immédiatement.

Tout céramiste a ses propres secrets pour obtenir certains résultats.

« Ce bleu a été créé spécialement pour le 108, en accord avec les couleurs du restaurant. Et cet émail leur est exclusivement destiné », précise Magdalena.

Pour le moment, elle a réalisé plus d'un millier d'assiettes pour le nouveau restaurant, travaillant jour et nuit à la chaleur de son four. Faire une assiette prend du temps. Il faut la façonner, la cuire, la polir, l'émailler puis la cuire une deuxième fois : en tout, facilement une semaine. Et encore, c'est sans compter les mauvaises surprises.

« On ne sait jamais ce que cela va donner. Je peux la cuire trop fort, ou avoir un émail qui ne réagit pas comme je l'avais prévu. Une partie du processus échappe à mon contrôle », reconnaît Magdalena.

Le résultat final est laissé à son entière discrétion.

« Parfois, Kristian Baumann m'explique quel genre de plat il veut, quelle forme l'assiette ou le bol doit avoir, mais c'est à peu près tout. »

Kristian Baumann n'est pas la seule personne à vouloir une présentation originale pour ses plats. La barista Mikaela Wallgreen, de la chaîne The Coffee Collective, fait aussi partie des clients de Magdalena. Elle cherchait une tasse dans laquelle présenter son café lors de la World Brewers Master Cup. Magdalena et elle ont élaboré en commun une tasse en porcelaine à la fois élégante et pratique. Cette année-là, Mikaela Wallgreen a obtenu la médaille d'argent à la World Brewers Cup. Magdalena Kałużna travaille actuellement sur une édition spéciale pour The Coffee Collective. La chaîne prévoit de vendre son café haut de gamme dans ces tasses faites main, et de les vendre à terme.

Les formes et les couleurs sont élaborées directement avec les chefs, en fonction de leurs besoins.

Et ensuite ?

Magdalena Kałużna hausse les épaules devant la pile de vaisselle en train de cuire au four. Les assiettes sont destinées à un particulier, pour lequel elles ont été conçues.

« Je ne sais pas, avoue-t-elle. Pour le moment, j'ai vraiment beaucoup de travail. »

Texte: Laura Engstrøm

Photographie : Sine Brooker

www.mk-ceramics.com

L'artiste appose sa signature au dos de ses assiettes et tasses.

Plus de contenu : Design & culture

  • Le jardinier
    de l’univers.

    Plus
  • Le voyage est une destination en soi

    Plus
  • Un écrin pour la nouvelle cuisine scandinave

    Plus
  • Poésie murale.

    Plus de contenu
  • Passion brûlante

    Plus
  • Le grand retour de l'artisanat de luxe

    Plus de contenu
  • Le nouvel envol
    du tapis

    Plus
  • Une qualité de vie
    lumineuse

    Plus
  • Un designer
    de caractère

    Plus
  • Ceux qui jouent
    avec la lumière.

    Plus
  • Quand le design
    devient magie.

    Plus
  • Tout peut
    devenir lumière.

    Plus
Previous 1 12 Next